Je sens, je vois, je revois…

Je ferme mes yeux et je sens le parfum du linge fraîchement offert au soleil croate. Je le reconnais, délicat mais profond, dans les petites ruelles de la vieille ville, dans les maisons côtières, omniprésent.

Je vois également les yeux de la jeune patronne de Konoba Ankora. Son papa y revit. À l’époque, le sourire complice de père et fille en communion. Maintenant en héritage, plus fort que tout. « La vie continue », elle me dit, et elle a raison, elle ne nous attend pas, la vie. Le monde tourne sans répit. Il faut suivre…

Je revois la douce Ileana, comme une danseuse de ballet, légère et généreuse… Et la dame de la boulangerie ambulante, tout sourire. Fière, elle me présente son fils. « Vous n’est pas compliquée, vous m’êtes sympathique », me dit, et m’offre un briquet, « take a chance » écrit dessus, et un dernier sourire. Elle vient du Kosovo, et elle tient à me le préciser. « Adios », « adios »…

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s